7octobre 2020

Par un arrêt n°432063 en date du 28 septembre 2020, le Conseil d’Etat précise que

« si les dispositions de l’article L. 213-11-1 du code de l’urbanisme font obligation au titulaire du droit de préemption, en cas de renonciation des anciens propriétaires ou de leurs ayants cause à l’acquisition du bien ayant fait l’objet d’une décision de préemption annulée ou déclarée illégale par le juge administratif après le transfert de propriété, de proposer cette acquisition à la personne qui avait l’intention d’acquérir le bien, lorsque son nom a été mentionné dans la déclaration d’intention d’aliéner, elles définissent ainsi les mesures qu’il incombe à la collectivité titulaire du droit de préemption de prendre de sa propre initiative à la suite de la décision du juge administratif. Elles n’ont ni pour objet ni pour effet de faire obstacle à ce que le juge, saisi de conclusions en ce sens par l’acquéreur évincé, alors même que son nom ne figurait pas sur ce document, enjoigne à cette collectivité de lui proposer l’acquisition du bien ».

Dès lors, l’acquéreur évincé, même non mentionné dans la Déclaration d’Intention d’Aliéner (DIA), peut solliciter la rétrocession à son profit du bien préempté en cas d’annulation de la décision de préemption.

La décision >>> cliquez-ici

Cabinet Coudray Publié le 07/10/2020 dans # Veille juridique
commodo Phasellus ut ante. venenatis et,
Les services juridiques viagra en ligne sont populaires cialis en ligne de nos jours levitra en ligne et font partie de nous priligy en ligne